Quelle cheville pour quel usage ?

Si vous devez fixer un objet sur un mur, vous aurez besoin de chevilles. Ce sont elles qui assurent fermement une fixation dans des matériaux pleins ou creux.
 

Le type de chevilles à choisir dépend du poids de l’objet à fixer (et de la charge qu’il y aura à l’intérieur), mais aussi du matériau du mur sur lequel il prendra place. Voici un panorama des principaux modèles de chevilles en fonction des matériaux du support.

Mise en ligne le 03/11/2015 à 12:33

Chevilles "Mixtes"

  •  La cheville universelle. En nylon ou en métal, munie ou non d’une collerette, elle convient à presque tous les matériaux (sauf les plaques de plâtre, le béton cellulaire et les panneaux en aggloméré). À chaque tour de vis, la cheville s’ancre de plus en plus jusqu’à épouser exactement les parois du trou.

 

  • La cheville standard. C’est la cheville la plus utilisée en bricolage. Ses caractéristiques sont similaires à celles de la cheville universelle. Elle convient à tous les matériaux, à l’exclusion du béton cellulaire des plaques de plâtre, et peut supporter des charges allant de 20 à 50 kg.

Chevilles pour murs ou cloisons pleins

  • La cheville à expansion. C’est une cheville qui se dilate dans le matériau lorsque l’on insère la vis, jusqu’à remplir tout le diamètre du trou. Il existe des modèles en métal pour la fixation d’objets particulièrement lourds.

 

  • La cheville à écartement. Elle est dotée d’un corps fendu avec des crantages latéraux. Au moment de l’insertion de la vis, les parties fendues s’écartent et se bloquent dans le mur.

 

  • La cheville pour béton cellulaire. Conçue spécifiquement pour ce matériau (un béton beaucoup plus tendre que le béton courant), elle ne peut être utilisée sur un autre support. Elle est très courte et extrêmement rigide.

Chevilles pour murs ou cloisons creux

  • La cheville à rétraction. C’est une cheville en nylon, destinée à un support creux ou en plâtre qui, une fois insérée dans le trou, se rétracte et se bloque contre la paroi intérieure du support. 

    Elle est principalement utilisée pour fixer des objets légers : tableau, cadre photo, etc.

 

  • La cheville à basculement. Elle sert principalement à la fixation au plafond ainsi que sur des murs creux. Elle se compose d’ailettes à ressort montées sur un boulon. On l’introduit dans le trou, les ailettes repliées. Une fois la paroi franchie, les ailettes se déplient et il ne reste plus qu’à serrer la vis.

Chevilles spéciales

  • La cheville pour placoplâtre. Si vous souhaitez fixer un objet sur une paroi en placoplâtre, il est conseillé d’utiliser une cheville métallique spéciale qui s’insère dans le support avec sa vis. La cheville se rétracte et le corps laisse place à des attaches qui tiennent l’arrière du placoplâtre. Il ne vous reste plus qu’à visser la vis dans la cheville.

 

  • La cheville à frapper. Elle est particulièrement utile pour la pose de plinthes, d’encadrements de fenêtre ou d’un faux plafond. C’est un modèle équipé d’un clou en acier ou d’une vis que l’on enfonce dans la cheville à l’aide d’un marteau.

 

  • La cheville à boulon. Utilisée pour fixer les charges lourdes (étagères de cuisine, bibliothèques, etc.), elle peut supporter des charges allant jusqu’à 200 kg. Lorsqu’on le visse, l’écrou remonte vers la tête et sépare en deux le corps, qui vient se bloquer contre les parois.

 

  • La cheville chimique. Elle permet de fixer des objets très lourds sur des supports pleins ou creux. Le procédé s’apparente à un scellement. Il suffit d’injecter dans le trou, à l’aide d’un pistolet à extruder, un mélange de résine et de durcisseur. Après séchage, vous pouvez visser directement dans le matériau solide ainsi créé.

 

Par l'équipe la dépanne Mr. Bricolage