Bien choisir sa bétonnière

Lorsque s’annoncent de gros travaux de maçonnerie, le besoin d’une bétonnière se fait sentir.

Si la location est toujours possible, elle impose une utilisation suivie et intensive sur une période continue, ce qui n’est pas toujours possible pour ceux ne disposant que des week-ends.  De plus, une bétonnière se rentabilise rapidement par le temps gagné et les efforts physiques économisés.

Une visite au rayon dédié de votre magasin de bricolage incite le futur maçon à se poser la question du modèle le mieux adapté à ses besoins. Sur la base de quels critères choisir, voici quelques éléments de réponses.

Mise en ligne le 06/04/2015 à 12:33

La capacité

La taille de la cuve intervient pour une bonne part dans l’homogénéité du mélange final.  Avec une cuve trop remplie, les dernières pelles de sable ne se mélangent que très partiellement au ciment. À l’inverse, une cuve d’un volume trop important va provoquer le collage du mélange aux parois, d’où là aussi une mauvaise homogénéité.

Un autre inconvénient est qu’une bétonnière à la capacité trop réduite va augmenter le nombre de gâchées, ce qui conduit à une perte de temps. Une cuve surdimensionnée demandant un remplissage minimal, la gâchée va dans ce cas devoir attendre parfois de longs moments dans la cuve.

La capacité d’une bétonnière étant exprimée en litres, il faut évaluer le volume total de béton et le diviser par le volume de la cuve (cette valeur doit être minorée d’environ 20 %, la cuve n’étant jamais remplie à ras bord), ce qui donnera le nombre approximatif de gâchées dont vous aurez besoin. Pour les utilisations les plus courantes, une cuve de 130 L s’avère la mieux adaptée avec une capacité se situant dans la moyenne.

Thermique ou électrique

Contrairement aux gros modèles de chantier qui n’existent qu’en version thermique, la 130 L envisagée est également disponible en électrique. Si les travaux se déroulent à proximité d’une prise électrique, autant choisir ce modèle moins cher et demandant moins d’entretien.  Dans le cas de la construction d’un mur ou du coulage d’une dalle à l’autre bout du jardin, le modèle thermique est alors préférable.

Les points à vérifier

La rigidité du châssis est un gage de longévité et de sécurité. Sur un terrain parfois détrempé par l’eau servant au mélange, des pieds instables et des roues fragiles peuvent provoquer la chute de la bétonnière à l’arrêt ou pire, en cours de fonctionnement.

La nature et qualité du métal de la couronne dentée fixée sur la cuve doit pouvoir résister à l’usure. Certains modèles offrent une protection de la couronne contre les projections, ce qui évite au sable et aux graviers de se déposer sur la denture.

Même parfaitement entretenue, la cuve accumule des résidus de ciments durcis. Pour les chasser, seuls des coups de marteau permettent de décoller ces plaques. Le métal de la cuve doit par conséquent pouvoir résister à ce traitement sans se cabosser.

Accessoire à ne pas négliger : la brouette qui doit elle aussi être d’une rigidité à toute épreuve.

par l'équipe la dépanne Mr. Bricolage